Sud-est/société/Grand Gosier: là où tout est possible...

Peuplée de 16 000 habitants environ, la commune de Grand Gosier, sud-est d’Haïti, vit au quotidien son agonie sous le regard impuissant de sa population, vivotant avec le peu d’économie faite à partir de la pêche.
Les maisons de cette cité se vident de leurs occupants peu à peu, et selon Watson Nicolas, l’un de ses notables, les citoyens de Grand Gosier abandonnent leur ville pour Jacmel, la capitale, ou les pays étrangers, découragés par la monotonie de leur vie, et l’absence d’infrastructure de base. Cette ville de l’arrondissement de Belle-Anse a deux écoles primaires publiques, un tribunal de paix, un centre de santé avec une infirmière, un sous commissariat occupé par très peu de policiers. Grand Gosier a une seule section communale Colline des chênes, cinquante localités et vingt six habitations. Son économie repose sur l’agriculture et la pêche, une industrie sous exploitée, archaïque. Dans l’environnement immédiat du bourg on cultive du palmascriti, tandis que dans la section communale on trouve un peu de tout, du maïs surtout. Partant de Belle-Anse en allant vers l’est on accède à Grand Gosier par le carrefour de Mare-Joffrey. La route serpente à travers l’espace vert vers la ville qui s’abrite au bord de la mer comme une pierre précieuse sous un tas de feuilles vertes. Dans un avenir proche cette ville, cependant, pourrait être inscrite sur la carte touristique du sud-est, parce que protégée sans doute par son sous développement une partie de sa population garde encore les caractéristiques des indiens d’Haïti de la période pré colombienne. Dans une de ses localités à Ravine Diable, près de Cibao, on peut constater jusqu\'à présent un cimetière datant de la période espagnole, important pour les historiens. Elle a une plage de sable blanc courtisant une mer limpide et peu profonde. Jean Baptiste et Notre dame sont les deux saints patrons de Grand Gosier, ce qui lui permet d’avoir beaucoup de visiteurs tous les 24 Juin et les 15 Août. Grand Gosier est le berceau du respectueux poète haïtien, célèbre défenseur de la langue créole, Félix Morisseau Leroy.


Share this post