L’ATSEH et L’ISPAN au secours du patrimoine architectural de Jacmel

Services de base instables, fonctionnement boiteux de son centre semi autonome de l’électricité, dépourvue de toutes infrastructures fondamentales à l’épanouissement de l’industrie touristique, la ville de Jacmel, cependant reste la seule cité
Du 15 Mai dernier à ce samedi 24 Mai, la presse locale fut invitée à couvrir tables rondes, conférences débats, conférences de presse, projections de films, visites guidées etc., organisées par le ministère du Tourisme, et surtout par l’Association touristique du sud-est d’Haïti (ATSEH), celle-ci s’associe à l’Institut pour la sauvegarde du patrimoine national (ISPAN) pour planifier et promouvoir au mieux l’industrie touristique naissante de Jacmel. Du dimanche 18 au mardi 20 Mai passé le ministre du tourisme en personne a présenté à la salle de conférence de la mairie de Jacmel, aux représentants de différents secteurs de la société jacmélienne le plan directeur du développement touristique du sud-est, et du 22 Mai au 24 de ce même mois, l’Association touristique du sud-est d’Haïti (ATSEH) a recensé les meilleurs éléments de l’ISPAN pour discuter des heures durant, à la salle de conférence de l’Alliance française de Jacmel (AFJ), avec des personnalités phares de cette ville, de l’avenir touristique de l’économie de cette région. Les débats furent chaleureux, et fructueux, les révélations essentielles, le public en fut comblé, et l’ATSEH encensé. Les activités du MT…. ! Le ministère du Tourisme (MT) pendant ses trois jours de débats a surtout mis l’accent sur l’importance de l’implication des citoyens jacméliens, et des institutions engagées dans le développement touristique de cette zone dans la politique de l’état haïtien. Le ministre Délatour Patrick a aussi fait une plaidoirie sérieuse contre le départ pour l’étranger des cadres de ce pays. ‘’Tout se prépare à laisser, tout se prépare à partir…’’ s’est plaint le ministre Délatour, qui a aussi demandé la modernisation de la pensée du collectif haïtien, et la capacité d’intervention au nom de la loi de l’état haïtien. L’ex ministre de l’agriculture du gouvernement Préval Alexis première version, Gérald Mathurin, lui, a exhorté la municipalité de Jacmel a transformé la structure urbaine de cette ville, en tenant compte des vieux et des handicapés. Les activités de l’ATSEH… ! Etalés sur trois jours, l’ATSEH a lancé ses activités à 06h du soir ce jeudi 22 Mai, avec une conférence débats sur ‘’Le cadre juridique et légal du patrimoine haïtien’’, présenté par le professeur D’MEZA Auguste de l’ISPAN. Celui-ci, dans ses idées, ses paroles a démontré le lien étroit existant entre nos sites touristiques, nos patrimoines architecturales et l’environnement. ‘’On ne peut protéger Fort Ogé, si au préalable on ne pratique pas une politique en faveur de la protection de l’environnement…’’ a déclaré M. D’MEZA Respecter la valeur des autres serait essentiel à la survie de tout peuple, selon M. D’MEZA qui a ajouté :’’ Il faut considérer la diversité à l‘intérieur de notre identité’’ M. D’MEZA a exigé à tous et à toutes de ne pas juger le patrimoine architectural national à la lumière du canon de beauté de l’occident pour renforcer nos patrimoines dans la balance du marcher touristique mondial. Les débats entre les invités et les experts de l’ISPAN organisés par l’ATSEH ont mis en relief la richesse architecturale de Jacmel. Ils ont démontré l’avenir touristique obligatoire de l’économie de la ville de Mérisier Jannis, cependant la conférence du directeur de l’ISPAN Daniel Elie, fut transformée en une sorte de jugement de ce dernier, architecte de la nouvelle place publique, toujours en construction de Jacmel. L’assistance a demandé à l’ATSEH de faire tout ce qui est en son pouvoir pour convaincre l’architecte Elie à construire la nouvelle place sur le modèle de l’ancienne. ‘’Le schéma de notre ancienne place représentait la réunion des cinq élément universel, à savoir, la terre, l’eau, le feu, l’air et l’éther, elle protégeait la ville des dangers venus ailleurs, pourquoi l’avez-vous changé … ? ‘’ a demandé au directeur de l’ISPAN un participant ‘’Au moment du démantèlement de l’ancienne place sous le gouvernement Jean Bertrand Neptune, vous avez trouvé une épée en or massif sous le pergola central de celle-ci, il faut replacer cet épée à sa place..D’ailleurs la place Toussaint Louverture de Jacmel n’était pas la seule détruite pour la reconstruire toutes les autres sont actuellement terminées mais celle de notre ville traîne toujours, c’est la preuve que notre place est mystique…’’ a souligné M. Smith Emmanuel Augustin. L’architecte Elie Daniel dément, les révélations de M. Augustin, et il a expliqué à ‘’le Matin’’ que la nouvelle place de Jacmel a été conçue pour répondre aux exigences du moment faites de méga concert, de grands rassemblements populaires et autres. M. Elie a vanté la singularité du patrimoine architectural de la ville de Magloire Ambroise, il a aussi parlé de la construction du premier musée du carnaval haïtien au local de l’ancienne prison. ‘’ L’ambassade américaine nous a donné $ US 50000 pour démarrer les travaux, ce que nous avons fait… il nous faut à présent la somme nécessaire à terminer cet ouvrage…’’ a précisé M. Daniel Elie. Interrogé par le quotidien centenaire haïtien : ‘’le Matin’’, la présidente de l’ATSEH, Mme Mirlande CHARLES, a souligné que son association est déterminée à contribuer au développement touristique du sud-est, elle a promis au nom de l’ATSEH, d’accompagner partout et toujours tous les acteurs de ce secteur. ‘’Nous prônons un tourisme sélectif…, nous n’avons pas encore les structures adéquates au tourisme de masse….’ A relaté Mme CHARLES. ‘L’ATSEH croit à la participation de tous dans tous projets à portée universelle, essentiel au développement de Jacmel…nous prenons notes des revendications des participants à ces deux journées de rencontre et de débats, nous leur promettons la suivie…’’a martelé la présidente de l’ATSEH. Notons que cette association envisage de convaincre les propriétaires des bâtiments classés ‘’patrimoine national’’ à restaurer ces maisons. Une démarche pourrait être entrepris du coté de certains magazins spécialisés dans la vente de matériaux de construction, pour permettre aux propriétaires de ces maisons d’acheter ces matériaux à des prix extrêmement bas. Les propriétaires de ces magazins auront également des compensations.


Share this post