Marigot : la jeunesse, prise entre la commémoration de la mort de Dessalines et la naissance de Togiram

Ce 17 Octobre, la direction départementale de la Culture du sud-est a honoré le père de la nation haïtienne, Jacques Dessalines en célébrant le quatre-vingt-treizième anniversaire de naissance de l’écrivain haïtien, défenseur de la langue créole Émile Célestin Mégie.

La fête

La direction départementale de la Culture a réuni sur la place Dessalines dans le mitoyen de la résidence privée de Togiram, les jeunes du groupe culturel ‘’L’amicale des jeunes pour l’inclusion’’ les amis et proches d’Émile Célestin Mégie pour commémorer la mort de l’empereur Dessalines et fêter la naissance de Mégie.

 

Chants, musique, montage de texte, déclamation de poème, témoignages, quatre heures durant, accompagnaient et attisaient les émotions de Togiram, qui, les yeux fermés, se laissait courtiser par l’odeur connue, appréciée de la mer et la brise marine.

 

‘’Jusqu’à cet après-midi, j’ai cru que le directeur Michelet Divers voulait commémorer la mort de Dessalines, je suis surpris de constater que la Culture et les jeunes de Marigot en profitent pour fêter avec moi, mon anniversaire….j’en suis ému. Croyez-moi’’, a déclaré l’écrivain-poète devenu aveugle, Émile Célestin Mégie, alias Togiram.
Poète, romancier, défenseur avisé de la langue créole, linguiste, passionné de l’histoire d’Haiti et surtout de Dessalines, Émile Célestin Mégie a expliqué aux jeunes présents que la place Dessalines où ils se trouvaient à ce moment-là, a été construite à l’emplacement du fort Dessalines. Un fort que l’empereur a ordonné la construction en 1799 pour défendre le sud-est.

 

‘’Envoyé par le général Toussaint Louverture, le 12 Juillet 1799, pour identifier l’emplacement idéal pour construire un fort pour la défense de cette région, Dessalines se trouvait ici, là où nous sommes maintenant’’, a expliqué M. Mégie assis au pied d’un buste de l’empereur Dessalines, don de Jacky Lumarque au nom de l’Université Quisqueya.

‘’Chaque jour qui passe rend Dessalines un peu plus Dessalines’’ a commenté le poète Togiram, voulant parler de l’immortalité du père de la nation haïtienne.

 

 

Les témoignages

 

‘’Je suis surprise cet après-midi de constater les talents des jeunes de ma ville natale, ou j’ai aussi grandi, Marigot. Je ne croyais pas que l’expression culturelle et artistique était encore vivante’’ a témoigné l’une des filles de Togiram vivant à l’étranger.

 

‘’Émile est connu comme quelqu’un qui encourage toujours les jeunes à écrire et à lire. Il a publié un texte sur moi en 1978, dans les colonnes du Petit samedi soir, lors de la parution de mon premier recueil de poèmes : Sérénade pour une nouvelle lune’’ a aussi témoigné le directeur départemental de la Culture, organisateur de cet après-midi de commémoration et de fête, Michelet Divers.

 

Celui-ci croit que la littérature haïtienne doit beaucoup à Togiram, parce que selon Michelet Divers, Togiram est celui qui a écrit le premier roman en créole.

 

‘’…sauf qu’il n’est pas le premier a publié un roman en créole, mais son roman en créole a été connu de tous puisqu’il en publiait régulièrement des extraits dans les colonnes des journaux de l’époque…’’, a expliqué le directeur Divers.

 

Émile Célestin Mégie a fondé le premier journal de sa ville natale Marigot à seize ans. Il est l’un des linguistes qui, en 1987, ont réalisé la première version créole de la constitution haïtienne.

 

‘’..Parler avec Togiram est un honneur…’’ a déclaré Yvadouin Jean-Pierre, président du Centre Culturel Charles Moravia, qui estime qu’on devrait promouvoir davantage cet écrivain.

Projet immédiat de la direction départementale de la Culture

Le directeur départemental de la Culture Michelet Divers a clôturé la soirée du 17 Octobre en annonçant aux jeunes le lancement, en novembre 2015 du premier championnat inter-villes de théâtre.

 

‘’Les meilleurs acteurs de chaque ville seront sélectionnés pour former un groupe de théâtre départemental’’, expliqué le directeur départemental de la Culture, Michelet Divers.

 

Notons que la diffusion de la musique était assurée par l’administrateur de la direction de la Culture Jean Shely Thibeau.



Share this post