Huit morts dans un affrontement entre des agents de police de Jacmel et des paysans de Forêt des Pins.

Huit citoyens de Forêt des Pins sont morts et plusieurs policiers blessés, ce lundi 23 Juillet 2012 dans un affrontement armé en présence du délégué départemental du sud-est Pierre Michel Lafontant entre des gens habitant illégalement la Forêt e
Le nombre de morts est annoncé par Pierre Félix membre de la Fédération des Organisation du Quartier de Seguin (FODKS), et selon lui cinq de ces morts sont :’’Didier Valcin, Enorld Désir, Aleus Désir, Luc Luckner et Nicolas ainsi connu.’’ Cependant les autorités policières et la délégation du sud-est nient ces morts. Cet affrontement a eu lieu parce que les paysans de Forêt des Pins refusent de recevoir les cinquante mille gourdes de dédommagement que l’état haïtien leur propose pour quitter la Forêt des Pins qu’ils exploitent en massacrant les arbres pour faire du charbon de bois et des planches. Au début de la négociation selon les autorités de l’administration publique impliquées, ces citoyens ont accepté les cinquante mille gourdes et ont fixé eux même le 30 Juin 2012 comme date limite pour partir, cependant à la dernière minute du processus ils ont changé d’avis et ont décidé de garder ces terres qu’ils habitent illégalement depuis 1942. Quinze des cent quarante deux familles ont reçu leur dédommagement et ce lundi le délégué départemental du sud-est Pierre Michel Lafontant accompagné de son secrétaire général Frantz Magellan Pierre Louis et d’une trentaine de policiers ont décidé d’aller apporter l’indemnisation aux familles réticentes, ils ont malheureusement été reçus par certains paysans par des jets de pierres et des tirs. Les policiers paniques ont riposté pour sauver leur peau. Selon un témoin digne de confiance, c’était incroyable de constater des paysans armés de machettes de pierres et d’armes à feu pour certains d’entre eux tenir tête pendant des heures à la police nationale. Les paysans, maitre de chez eux, ont séquestré un agent de l’UDMO affecté au commissariat de Jacmel un certain Gary, ils l’ont tabassé jusqu’au sang et l’ont libéré. Une ambulance de la Croix Rouge haïtienne a emmené tard dans l’après midi et en urgence ce policier à l’hôpital St Michel de Jacmel. Le délégué départemental Pierre Michel Lafontant a expliqué dans la presse que depuis 1980 sous la présidence de Jean Claude Duvalier, un accord a été signé entre l’état haïtien et les quarante familles habitant la Forêt à cette époque pour déguerpir et cesser et l’abattage des arbres, cependant aucun suivi n’a été fait, récemment sous la présidence de Joseph Michel Martelly deux experts ont alerté l’état haïtien sur la nécessité de stopper la déforestation de forêt des Pins c’est pour cette raison que l’état haïtien a une fois encore demandé aux familles de quitter la zone et d’aller s’installer ailleurs. Les paysans de Forêt des Pins souhaitent une enquête des organisations de défense des droits humains. Notons que Forêt des Pins est réellement surexploitée par les paysans qui l’habitent cependant selon les témoignages de certains d’entre eux, les profits du massacre des arbres pour faire des planches et du charbon de bois vont à des personnalités socio économiquement bien placées de la zone métropolitaine. Forêt des Pins est aussi le fief des ‘’drug dealer’’ et ceux-ci arment beaucoup de bandits pour protéger ce territoire. *Forêt des pins couvrait à l\'origine 15% de l\'île d\'Hispaniola. Elle est située sur des pentes avec des sols peu profonds de carbonate et de latérite. La forêt de pins croit entre 850 mètres et 3000 mètres d\'altitude. Jusqu\'à 2200 mètres d\'altitude, les pins poussent parmi d\'autres arbres de type feuillu. Au delà de cette altitude, les conifères dominent et demeurent les seuls arbres sur les sommets montagneux. Les précipitations moyennes annuelles varient généralement entre 1000 et plus de 2000 mm notamment entre avril et novembre. Bien qu\'irrégulières, les pluies arrivent à maintenir un certain niveau d\'humidité dans le sol pendant une grande partie de l\'année. La température moyenne annuelle est comprise entre 18º et 12º et peut tomber en dessous de 0º entre décembre et février, causant des gelées qui sont plus fréquentes dans la steppe de montagne. Un membre d’une organisation de la zone luttant pour protéger la Forêt a révélé à la presse Jacmélienne en 2008 que les bandits qui protègent les exploitations illégales de la Forêt possèdent des armes lourdes. Soulignons également que la majorité des cent quarante deux familles vivant dans la forêt sont des gens paisibles qui ne méritent pas d’être associés à ces bandits s’y abritant. *source wikipedia


Share this post