Sud-est Education : Une rentrée des classes sous des tentes dans le Sud-est

Quatre Octobre (04) date officiellement retenue par le Ministère de l’Education Nationale et de la Formation professionnel (MENFP), pour l’ouverture des classes sur tout le térritoire nationale, pour l’année académique 2010-2011.
Une rentrée des classes qui se fera huit mois (08) mois après le séisme du 12 Janvier tuant trois cent mille personnes et décapitalisant plus d’un million de personnes. Dans les différents centres d’hébergement des zones afféctées par la catastrophe, les rescapés se plaignent en raison de leur faible moyen économique, pouvant leur permettre de répondre à leurs obligations durant la rentrée des classes. L’un d’entre eux, un chauffeur de taxi moto a expliqué : ‘’…je suis taximan, j‘ai quatre enfants dont trois écoliers et un bébé. La moto, qui est mon gagne-pain ne m’appartient pas. Quotidiennement je dois verse deux cent cinquantes gourdes à son propriétaire, donc je n’ai pas pu économiser pour préparer la rentrée des classes’’. Marbial et la rentrée des classes. Six (06) jours avant le début de l’année académique 2010-2011, les parents de la section communale de Marbial se déplorent leur impuissance face à leurs responsabilités, selon le coordonnateur de CASEC de la 5e section communale de Marbial, Brisson Wilfrid parlant au nom de la population de cette localité. Les écoles de Marbial sont logées sous des tentes ou du tapis, malgré les vaines démarches auprès des ONG, opérant sur le terrain et de l’état haitien du casec Wilfrid. Brisson. ‘’ Notre situation devient plus compliquer par l’installation de plusieurs dizaines de gens de la capitale, venant s’installer dans notre section après le séisme du 12 Janvier passé.’’ A commente en substance le casec Brisson. De son côté le CASEC de Bellevue 13e section de la Montagne de Jacmel, Jean Philippe Christian lui aussi parlait du faible moyen économique des citoyens dans sa section. Pour la nouvelle année académique 2010 -2011, la Banque Mondiale (BM) a subventionné à hauteur de deux cent cinquante mille dollars US, six cents écoles privées, endommagées par le tremblement de terre, et celles qui ont hébergé les rescapés venus des zones touchées par ce catastrophe. Le MENFP lui aussi promet une subvention de dix huit mille gourdes pour environ cent quarante mille enfants. A quelques jours de la rentrée les professeurs demandent leur arriéré de salaire et des subventions aux responsables de l’éducation. Quatorze mille enseignants toujours en difficultés pour se procurer de leur lettre de nomination. Cette semaine le normalien Marc Elder Charles directeur départementale de l’éducation dans le Sud-est a fait savoir dans la presse, qu’il vient de recevoir environ une vingtaine de lettres de nomination pour les professeurs de différent niveau. Cent quatre vingt dix jours de classe pour cette année académique 2010-2011. Pour cette rentrée, la situation des gens se présente différemment dans les départements qui n’ont pas été touchés par le séisme, selon une station de radiodiffusion de Port-au-Prince. Notons qu’a Jacmel le centre culturel Alcibiade Pommayrac, un lycée haitien dirigé et financé par la France et le préscolaire ‘’Rêve d’enfant’’ fonctionnent depuis deux semaines. Soulignons également que ce lundi le MENFP a publié les résultats des examens officiels pour l’année académique écoulée, à savoir : baccalauréat des deux partis, sixième et neuvième année fondamentale. La commune de La Vallée de Jacmel se trouve en tête des meilleurs résultats et la commune des Cayes Jacmel a le plus faible taux de réussite


Share this post