Jacmel /éducation : Grève dans certaines écoles publiques.

La Plateforme Syndicale des Enseignants haïtiens (PSEH) a déclenché trois journées de grève 27, 28 Février et 1 Mars pour exiger de l’état haïtien la satisfaction de leurs revendications : une meilleure condition de travail , l’ajusteme
M. Roussan COFFY le délégué de la Fédération des éducateurs du sud ‘est (FESE) en appui avec la Plateforme a mis l’accent sur le manque de responsabilité et sur l’arrogance du gouvernement Martelly /Lamothe voulant plonger le pays dans l’abime. Il a aussi souligné l’indifférence de ce gouvernement face aux problèmes du système éducatif haïtien. M. COFFY dénonce la corruption rongeant le système éducatif haïtien et les parlementaires du sud‘est qui se plaisent à faire un ensemble de nominations irrégulières dans le département du sud ‘est. Pourtant, les normaliens et les autres ressources dans le système éducatif haïtiens trainent avec leur papier en main, ne peuvent pas trouver leur nomination. Bien que conscients de l’importance de la grève, beaucoup de professeurs et de directeurs d’écoles publiques ont boudé le premier jour de grève à cause d’un manque de sensibilisation et de préparation. Ils souhaitent que PSEH replanifie cette décision afin que tous les enseignants soient touchés. Il faut souligner que les élèves des lycées Pinchinat et Célie Lamour ont manifesté le lundi 25 Février dernier pour exiger du ministère de l’éducation nationale le paiement et la nomination des professeurs, les aérés de salaire de ces derniers, conditions sine qua non pour la reprise des cours de philosophie et de mathématiques.


Share this post