Discours de l’Ambassadeur des Etats-Unis, Janet A. Sanderson à l’occasion de la Journée mondiale du Sida 2008

Récemment à Port-au-Prince, une jeune femme a été mise à la porte par ses parents. Elle n\'avait pas d’argent. Elle était enceinte et seule. Elle était séropositive. Il fut un temps, pas trop longtemps, la situation de cette jeune femme aurait
Il fut un temps où, la Journée mondiale de la lutte contre le sida était principalement une cérémonie en mémoire des victimes de cette maladie. Grâce à l\'apparition d\'un traitement antirétroviral, nous pouvons également appeler cette Journée une journée de célébration de la vie. C\'est dans cet esprit, qu\'à l\'occasion de la Journée mondiale 2008 de la lutte contre le sida, nous nous unissons au peuple haïtien afin de célébrer la vie. En 2003, le président des États-Unis, M. George W. Bush, a lancé le Plan présidentiel d\'aide d\'urgence à la lutte contre le sida (PEPFAR), l\'engagement le plus important jamais pris par un pays en faveur de la lutte contre une seule maladie. Dans le cadre du programme PEPFAR, le gouvernement des États-Unis a déjà décaissé plus de trois cent vingt millions de dollars ($320,000,000) pour supporter une large prévention, les soins et les programmes de traitement à l’échelle nationale à travers un réseau de partenaires. Ces réalisations sont dues au courage de tant de volontaires haïtiens, qui militent pour la vie, qui sauvent des vies et qui font naître l\'espoir d\'un avenir affranchi du sida. En janvier 2004, Léone Augustin, qui travaillait au Ministère de la Santé au Cap-Haitien, a appris qu\'elle avait le VIH/SIDA. Au début elle voulait garder cette information pour elle, et s’en est seulement confiée à un ami. Cependant, elle a vite réalisé qu’au travail, ses collègues commençaient à l\'éviter. Il était donc clair que son secret a été divulgué, et que tout le monde à son bureau était mis au courant. Certains de ses collègues refusaient de lui donner la main, ou même de s\'asseoir sur une chaise qu\'elle avait auparavant utilisée. Léone était donc très déprimée et pensait à démissionner. Cependant, au cours de l’année 2005, elle commençait à recevoir des traitements antirétroviraux et le support social d\'un hôpital. Léone a pris la décision de lutter pour sa propre vie, et d’aider d\'autres personnes à en faire de même. Alors que sa santé s\'améliorait, elle commençait à parler à des personnes au sujet du VIH/SIDA, et se faisait la porte-parole d\'autres séropositifs et de leurs familles. Elle est aujourd’hui un membre du conseil d\'APIAVIV, l\'Association de Personnes Vivant et Affectées par le VIH/SIDA. APIAVIV a plus de 200 membres et fournit l’encadrement, l\'éducation et le support aux séropositifs et leurs familles. Aujourd\'hui, Léone travaille toujours avec ses collègues au même bureau au Ministère de la Santé.En ce jour, nous voulons rendre hommage aux Haïtiens comme Léone Augustin -- aux milliers de leaders communautaires, aux jeunes volontaires, au personnel médical et à toutes les autres personnes à travers Haïti qui se sont tant donnés dans la lutte contre le sida. En cette Journée mondiale, nous fêtons toutes les vies qui ont été sauvées grâce à la détermination des Haïtiens de combattre ce fléau. Ensemble, le peuple haïtien et le peuple américain ont prouvé que des gens ordinaires peuvent accomplir des choses extraordinaires. Je suis convaincue que Haiti sera un modèle pour le futur.


Share this post