Petit-Goâve réussit sa deuxième édition du Marathon du livre

Le week-end du 17 juillet dernier, la ville de Petit-Goâve, par le biais de son mouvement littéraire culturel et artistique des jeunes (Molicaj), a accueilli le Regroupement des poètes francophones pour la liberté et la paix et deux maisons d’éditi
« Cette année, la deuxième édition de notre marathon du livre coïncide avec la quatrième édition du festival « Libérez la parole » du Centre Pen-Haiti, et c’est Molicaj que ce dernier a choisi pour réaliser son festival dans la ville de l’immortel Dany Laferrière », a souligné Vladimir Chéry, coordonnateur de Core-Molicaj, le sous-comité en charge de l’organisation des deux festivals. La programmation Les activités ont démarré dans l’après- midi du vendredi 17 juillet avec une conférence autour du thème « Jean Dominique en trois actes : dictature, liberté et temps des chacals », présentée par Gotson Pierre et Stanley Péan, venus de Port-au-Prince. Accompagnés du silence et de la verdure de la cour du Placement Wesleyèn, les jeunes Petit-Goâviens restaient, deux heures durant, suspendus aux lèvres des conférenciers. Le thème a soulevé chez ces jeunes beaucoup d’interrogations sur l’avenir de la liberté d’expression et l’idéal de Jean Dominique, en Haïti. La soirée s’est clôturée par une séance photos entre les conférenciers Gotson Pierre, Stanley Péan et les auteurs des Éditions Pulùcia. La deuxième journée du festival a démarré vers dix heures dans la matinée du samedi 18 juillet avec de la déclamation de textes, du slam et de la musique de DJ, suivi de la présentation des invités et de la vente signature des livres de quatre jeunes auteurs de Pulùcia : Jean Kechner Dare de l’Île-à-Vache, Abraham Handgod de Petit-Goâve, Juni Edwina Jean-Baptiste et Kevin Job Dubuche de Jacmel. Les commentaires « À Molicaj, nous sommes tous satisfaits de cette deuxième édition. Les jeunes ont non seulement été au rendez-vous, mais aussi ils ont participé aux débats, exprimé leurs talents et discuté avec les auteurs des Éditions Pulùcia en signature », a précisé Abraham Handgod, auteur de « Au paysage de ma muse » et accompagnateur au comité de coordination de Molicaj. Pour Ruth Dahanah Jean-Baptiste, responsable de distribution à Pulùcia, ces deux journées de festival ont été une réussite pour sa maison d’édition et Molicaj. « Nos jeunes auteurs ont rencontré certains de leurs lecteurs, nous avons vendu beaucoup de livres et fait du tourisme. C’était très bien et nous espérons une autre invitation de Molicaj en 2016 », a commenté, Dahanah Jean-Baptiste. « J’ai été ravie de rencontrer des jeunes auteurs en dessous de la vingtaine comme moi. Je leur souhaite du succès », a commenté pour sa part Betschnaїda Loiseau, relationniste de Core-Molicaj.


Share this post