Atelier d’écriture avec l’atelier Toto B et CCCM

Du 09 au 15 Avril dernier, l’Atelier Toto B a organisé à Jacmel, sur plusieurs sites notamment l’Alliance française de Jacmel, et l’Hôtel de la Place, un atelier en écriture dramatique. Animé par la dramaturge canadienne Dominick Parenth
1-Parlez-nous de l’Atelier Toto B L’année 2015 marque la première décennie de cette association socioculturelle que j’ai fondée dans le but de contribuer à la lutte pour la jouissance des droits humains par la conception et la mise en œuvre de différents projets avec des partenaires nationaux et internationaux. L’Atelier Toto B s’est surtout attelé à relever des défis dans un pays où dominent le chaos, l’extrême pauvreté et l’analphabétisme. Habituellement, une pièce de théâtre ne se reprend pas plus que 4 fois sur une année, l’Atelier Toto B a offert 150 représentations de « Ayiti Pawòl Lapli ak Lakansyèl » sur 2 ans avec le précieux soutien du Canada. Plus personne ne monte les pièces classiques car les obstacles de salle conventionnelles, d’équipements lumière, de subventions, de publics avisés se font rudement sentir mais l’Atelier Toto B a quand même autoproduit et présenté le grand classique britannique « Macbeth ». Nous avons organisés plusieurs projets de théâtre et récemment une tournée en Afrique dans le cadre du programme Circuit Art’Mattend. Nous travaillons avec des femmes dans toutes les villes du pays, dans les quartiers les plus défavorisées, nous les initions à des métiers traditionnellement réservés aux hommes comme les techniques de la sonorisation et la pratique des percussions. Nous essayons de mettre en place des programmes d’aides diverses en passant par le théâtre, les arts et la culture. Après le tremblement de terre de 2010, nous avons par exemple mené un programme d’appui psychosocial et de créations théâtrales au profit de 400 familles sinistrées en partenariat avec l’organisation Oxfam Québec. Nous contribuons à l’éducation populaire, à la promotion de la pratique culturelle des femmes, à la lutte contre le chômage en passant par la formation, les rencontres-débats, la création et la production. 1- Du 09 au 15 Avril, des jeunes filles d’Haiti, de Jacmel particulièrement, ont participé à des ateliers d’écriture dramatique organisés par Atelier Toto B, pourquoi une telle initiative? Ces ateliers de formation en écriture dramatique comptent parmi les activités mises en place dans le cadre de la première édition de l’évènement « Les Hélène » lancé par l’Atelier Toto B avec le soutien de différents partenaires comme l’association Emile&Cie, la Commission Nationale de Coopération avec l’UNESCO, Kay-Art, le Centre Culturel Charles Moravia. Ces formations dirigées par nos invitées internationales Céline Delbecq et Dominick Parenteau-Lebeuf visent à inciter, à motiver et à outiller les jeunes femmes à écrire du théâtre, la dramaturgie étant le thème retenu pour cette première édition des Hélène. Contrairement à la poésie et la nouvelle, le théâtre comme genre littéraire est peu pratiqué. Lancer ces ateliers est aussi une manière d’éveiller l’attention sur cette forme d’écriture délaissée. L’évènement « Les Hélène » compte donc se renouveler chaque année avec des formations, des conférences, des rencontres, des projections, à chaque fois autour d’une pratique artistique, différente. 2- Comment Toto B va suivre ces jeunes bénéficiaires après ces ateliers? L’Atelier Toto B veut continuer à pousser ces jeunes talents féminins découverts au cours des ateliers de formation réalisés par la mise en place d’autres projets qui doivent aboutir à des résultats plus concrets. En attendant, l’Atelier Toto B se réjouit du travail des Éditions Pulucia à Jacmel qui continue à pousser l’exercice littéraire dans sa communauté. Il est certain qu’à l’avenir, ces deux institutions uniront leurs forces pour permettre à ces jeunes femmes écrivains d’aller encore plus loin dans leurs projets d’écrire. 3- Après ces ateliers, est-ce qu’il va y a voir d’autres phases dans le cadre de ce projet ‘’Les Hélène’’? Désormais « Les Hélène » n’est plus un projet mais le Forum des Arts et de la Culture au féminin. Il y a eu une première édition et il va y en avoir d’autres. Ces formations en écriture dramatique ont été précédées d’une cérémonie de lancement à Port-au-Prince rendant hommage à trois femmes de théâtre haïtiennes : Florence Jean Louis Dupuy, Paula Clermont Péan et Magali Comeau Denis. Puis, suivirent deux conférences -débats à l’institut Français d’Haïti autour de la production culturelle des femmes dans le théâtre et la musique. D’autres ateliers autour du théâtre (peinture, musique, jeu d’actrice) sont également lancés dans différentes villes du pays telles que Cabaret, Petit-Goâve, Kenscoff. 4- Comment avez-vous choisi les intervenants? Les bénéficiaires à Jacmel ont été recrutés par le Centre culturel Charles Moravia et à Ouanaminthe par l’association Kay-Art, tous deux partenaires de l’évènement. Mais nous avons insisté à ce que les participantes soient des jeunes qui éprouvent déjà un intérêt soit pour le théâtre ou pour l’écriture. 5- Comment allez-vous évaluer ce projet ‘’les Hélène’’ La tenue des Hélène est productrice de résultats chiffrés et d’effets multiplicateurs. Nous allons l’évaluer à travers le nombre de jeunes femmes formées (75), le nombre de femmes honorées (3), le nombre de villes touchées (7), le nombre d’invitées internationales reçues (3), le nombre de jeunes touchés à travers les conférences (300). Pour une première édition, nous pouvons dire que ce coup d’essai a bien réussi. Et pour cela nous en profitons pour remercier des partenaires comme le Centre Pen Haïti, l’Institut Français d’Haïti, l’Alliance Française de Jacmel, les Éditions Pulùcia, Fabienne Emile, la Wallonie Bruxelles Internationale, Le Conseil des Arts et des Lettres du Québec, le Conseil des Arts du Canada, le CEAD, le CED. Nous pensons bien entendu compter de plus gros chiffres dans les éditions à venir. Mais ce qui est sure, cette manifestation a encouragé les femmes à ne pas abandonner leur projet de théâtre quoiqu’évoluant dans un milieu qui décourage. Il a aussi mis en valeur la production des femmes dans le domaine à l’échelle internationale. 6- Hormis Les Hélène est ce qu’Atelier Toto B à d’autres projets en cours? « Les Hélène » n’est qu’un évènement nouvellement mis en place par l’Atelier Toto B. En dehors de cette manifestation nous continuons à concevoir et poursuivre d’autres projets - combats pour la réduction de l’isolement culturel, de l’extrême pauvreté, de la carence de talents féminins. L’action genre, le théâtre sont au cœur de nos actions, avec la musique et la danse. L’assistance sociale aux jeunes artistes commence à devenir une de nos axes d’intervention. Je vous remercie pour cet entretien.


Share this post