Jacmel, affaire de Me Immacula Jeannis Bazile : le président de la commission de la faculté de Droit de Jacmel, Me. Paul Hubert Jean Michel se contredit

Maitre Hubert Jean-Michel, doyen de la faculté de Droit de Jacmel, l’un des signataires du document annonçant l’annulation du procès-verbal de soutenance de Madame Immacula Bazile, vient de publier une autre note. Bonzouti.com vous la soumet. Not
« Mesures administratives et juridiques à l’encontre du juge et juge d’instruction Me. Immacula Jeannis Bazile » Devant l’amertume, la gratuité, l’offense, la déloyauté, la sécheresse, la pauvreté jointe à l’illégalité du texte, notre devoir intellectuel nous conduit à rectifier le tir aux fins de ramener ce qui est épars. Rien ne nous dit que Me. Jean Alix Civil et Me. Jacques Lethan avaient mandat pour enquêter sur la capacité académiques de tous les juges de la république pour voir contrôler, scrupuleusement les normes administratives et juridiques. Sont –ils placés pour contrôler le cursus académiques des écoles de Droit de la république ? Sous quelles invitations étaient- ils venus procéder à pareilles opérations au sein de l’école de Droit de Jacmel ? Il est spéculé qu’un certificat aurait été délivré aux membres du CSPJ présents à l’école de Droit de Jacmel accusant que la juge et juge d’instruction : Me. Immacula Jeannis Bazile n’aurai suivi aucun cours de Droit durant la première année. Que, à notre humble avis, cela ne tient tant en la forme qu’au fond. Aussi ne pas suivre les cours à l’école de Droit de Jacmel ne signifie nullement qu’un étudiant ne serait guère en mesure de participer aux examens. Et, quant on se rappelle, qu’au départ cette école, notre Alma Mater est baptisée : « Ecole libre de Droit de Jacmel » et, qu’en ce sens, ne pas suivre de cours ne peut, en aucun cas porter atteinte à l’éligibilité d’un étudiant de participer aux examens. Que de plus, des records de notes ont été disséminés Ça et là et ont été portés disparus pendant les divers déménagements qu’a connu cette école qui fut, un certain temps jetée, sur la cour du Palais de justice à la merci des vents et marées. En vouloir donner des notes de trois années consécutives et, sans le moindre risque de se contredire d’avancer que l’étudiante n’aurait fait sa première année. Quelle aberration !!! Et de l’avis, de tout un chacun, qui en est responsable ? Et moi, Me. Paul Hubert Jean Michel, Avocat et ingénieur au Barreau de Jacmel, ne reconnais avoir remis aux membres de CSPJ, à aucun moment un certificat à ce concernant ; et dont un caractère fortement tendancieux a été relevé : ce certificat a été délivré aux membres de CSPJ à toutes fins utiles, l’on se demande de quelles fins s’agit-il ? Cette accusation se révèle à la fois : mensongère, méchante, de mauvaise alois et inappropriée. Et, pour la vérité, pour l’histoire, pour l’édification du public, pour la sauvegarde de l’université d’Etat d’Haïti, c’est faux, archi faux.la juge à ma connaissance, madame Immacula Jeannis Bazile n’avait utilisé aucune manœuvre frauduleuse pour l’obtention de sa licence. Elle l’a obtenue en raison de toutes les conditions voulues par la loi. Que cette démarche s’avère ténébreuse, vile, honteuse… « turpe est mentiri ». Et enfin quel malheur pour notre pays… en cela je demanderais au CSPJ de ne voir se dérouter de la mission qui leur incombe. Veiller à la régularité et à la bonne marche de la justice dans le pays. Aussi de voir se rappeler que des professeurs dans aucune école de Droit ne sauraient s’arroger le droit de dire qu’ils vont annuler un procès verbal de soutenance d’un Mémoire, notamment celui-ci. Car, quand bien même ils auraient dépassé les bornes de leur ministère avec fracas, aucune compétence de saurait jouer en leur faveur ratione materiae, et ils ne l’auront jamais. Il serait de bon ton Messieurs les membres du CSPJ que vous restiez attachés exclusivement à votre mission, il y a lieu pour vous de passer outre au contenu indélicat, idiot, mensonger, sans fondement fallacieux de ce honteux réquisitoire. Et Messieurs en ma qualité de président de la commission chargée de gérer les intérêts de l’école de Droit de Jacmel’ je ne saurai contribuer aucunement à sa destruction. Profonds respects Messieurs, Me. Paul Hubert Jean Michel, AV/ing Jacmel, ce jourd’hui 7 Mai 2014 Président du conseil de Gestion EDJ


Share this post