Homme /Nature : une relation très tendue

« Ne pas exiger plus que ce que la nature peut offrir, car nous pouvons la détruire et elle peut se révolter » Depuis la nuit des temps, il a été question de trouver l’âge de la terre. Bien que ce n’est pas facile voire impossible à dé
L’Homme est un élément de la nature. Il est condamné à vivre de et dans la nature. Et cette dernière, bien ''qu'inconsciente'', a tout ce dont nous avons besoin pour vivre. L’homme étant l’être qui raisonne, se veut « maître et processeur de la nature » comme a dit René Descartes. Il ne se contente pas de ce qu’il y trouve au rythme « naturel » donc invente des techniques, des machines pour mieux la « surexploiter ». Peut on vivre avec seulement ce que la nature nous propose lorsqu’on sait que la population mondiale augmente à la vitesse de la lumière ? L’Homme est appelé à se dépasser. Peut-il ne pas évoluer ? Toute action produit une transformation. Donc, l’action de l’Homme sur la nature transforme celle-ci. Peut être pensant que c’est favorable à lui. Cependant, si c’est défavorable à la nature, c’est aussi défavorable à l’Homme car ce dernier est naturel. La loi de la cause à effet prescrit que la transformation résulte d’une action qui, elle-même, produit une réaction. Par conséquent, l’action de l’Homme, la mauvaise gestion de la nature, ne restera pas impunie et la réaction sera la destruction. La nature n’a rien à perdre, elle régénère en commençant par anéantir tout ce qui constitue une barrière pour sa régénération. Principalement, l’Homme. Car, nous sommes responsables en majeur partie de la dégradation de l’environnement et du déséquilibre de l’écosystème par nos activités quotidiennes entre autres l’utilisation des substances chimiques de synthèse, l’abattage des arbres, l’extraction des mines comme celle du pétrole qui provoque la marée noire détruisant la faune des océans, l’émission des gaz à effet de serre... Dans l’Univers tout est lié car il est un système. Et dans un système, le dysfonctionnement d’un élément entrave le fonctionnement de l’ensemble. La situation va de mal en pis et l’Homme est le seul perdant. Car le plus vulnérable face au catastrophes naturelles, le réchauffement climatique... Que faire pour ne pas subir la révolution de la nature ? Pour y remédier, une prise de conscience devrait débuter le plan. Celle-ci devrait être suivie par une révolution dans les activités de tous les jours. Par un aménagement de l’environnement en propulsant la nature dans son processus de régénération. Ne pas penser seulement à la prospérité de sa génération mais à celle de sa postérité. Nous ne pouvons espérer que ce que nous avons donné. Si nous aimons notre vie et nous voulons la préserver, il faut intelligemment aimer d’abord la nature et la préserver. Ainsi transitivement, nous nous soignons et nous préservons. Dans le cas contraire nous ne sommes qu’un serpent qui mange notre queue et nous cheminons journellement vers notre autodestruction.


Share this post