L’ex doyen de la faculté d’agronomie de l’UPSEJ accusé de manipulateur

Le recteur de l’Université publique du sud-est à Jacmel le Dr Jean Elie Gilles accuse l’ex doyen de la faculté d’agronomie, Scut Ricot de manipulateur dans le dossier du soulèvement d’un petit groupe d’étudiants de l’UPSEJ contre le rec
« Après avoir subi deux évaluations consécutives pour lesquelles l’ex doyen Scut Ricot n’a pas pu réussir, celui-ci a été limogé pour malversation et manque d’éthique professionnel au sein de cette faculté. Depuis lors, l’agronome Scut et un petit groupe de ses disciples à la faculté se sont convertis en fauteur de trouble, visant à salir l’image de cette institution » a précisé le recteur Jean Elie Gilles. « Remplacé par une commission guidée par le professeur agronome Anacassis sur une période de cents (100) jours, ayant pour mission de travailler afin de combler les vides académiques par des séminaires de formation dont l’ancien responsable de la faculté d’agronomie a créés. Cependant ses partisans à l’UPSEJ constituent des gangrènes pour le bon fonctionnement de cette faculté ; à chaque pas franchi par la commission, ils se comportent en en tare pour lui faire échec » a dénoncé le recteur. Toutefois le numéro un de l’UPSEJ dit reconnaitre que son institution fait face à de grandes difficultés économiques handicapant la rémunération de ses professeurs employés. Dr Jean Elie Gilles a fait mention de 5 millions de gourdes qu’il a reçu du MENFP avec lesquelles il a pu faire des avancés de salaire aux professeurs, c’est cet argent qui est à la base de ses malheurs. « Le responsable de l’UPSEJ se dit entamer des procédures avec d’autres institutions étrangères en vue de construire des campus satellitaires, et faciliter tous les étudiants de part et d’autre à travers le département du sud-est puisse intégrer cette université ce, pour l’essor de l’UPSEJ » En dépit de tous ces troubles, le rectorat de l’UPSEJ ouvrira des registres d’inscriptions en Octobre prochain les trois facultés : l’éducation, Gestion et l’agronomie, affirme Jean Elie Gilles. Il faut souligner que plusieurs dizaines d’étudiants ont marché pacifiquement dans la cité d’Alcius charment ce mercredi 17 septembre, avec des pancartes en main et une pléiade de revendications qui dénoncent la mauvaise gestion de l’université publique du sud-est.


Share this post