Nyaj dènye Sezon : Voyager avec James Stanley Jean Simon

Il est de ces poètes qui épatent d’un coup. C’est ce qu’on peut librement lâcher après la découverte de James Stanley Jean Simon et de son recueil intitulé « Nyaj dènye sezon » publié dans la collection « Oiselet » des Éditions Pulùcia en mai 2016. « Lequel recueil a tout pour ne pas décevoir celui qui s’en approche. Des mots et des images fusionnant dans une harmonie qui tiennent éveiller sans la moindre la fatigue», pour reproduire les remarques bien pensées d’une lectrice rencontrée lors d’une activité culturelle qui a eu lieu à l’alliance française de Jacmel.

Qui oserait en disconvenir ? Surtout pas un bon lecteur, espérons le. « Nyaj dènye sezon » donne rendez-vous avec notre quotidien pesé au trébuchet, dans un foisonnement imaginaire réglé comme papier à musique qui ne manque d’ébahir et en suite d’inoculer le désir de ne jamais mettre fin à une aventure à la fois troublante et enveloppante.

 

«Gout pa gout yon tak lapli

Satouyèt tout do tòl

An do re mi

kite yon mizik cho sou pousyè

yon chante dlo sou tristès

Loray bat bravo pou li

yon dènye kout zèklè

chire dra syèl la miyèt mòso

Yon nyaj mòv rense pantalèt li

sou solèy

Kite on dèy sou lorizon » (Paj 9)

 

…C’est aussi une charge métaphorique qui émeut tant par sa finesse que par cette invitation à découvrir la beauté d’un langage qui se fait sentir dans toutes ses proportions. Tout se lie dans le fragment ci-dessus, les associations insolites, la prise de position du poète, pour libérer son for intérieur à travers une poésie elle-même libérée, parcourue d’une valeur performative, et péremptoirement descriptive.

 

Il ne s’agit pas des décors fascinants des aurores tant attendues. Ni ceux des après-midi propices aux rêveries de toutes sortes. C’est plutôt une ambiance attendrissante. Un ciel triste. Un deuil à l’horizon.  Une nature qui s’entortille dans une meute de nuages porteurs de mélancolie. Ne déçoit pas cette exploration tantôt lyrique, tantôt symbolique qui prend d’assaut et qui fait de « Nyaj dènye sezon », une poésie exigeante et riche.

 

D’autres extraits, les uns aussi éloquents que les autres :

 

« Ak ki men pou n pliye dlo je

Apre lapli

lò matisan vomi sou po dyòl

Boulva abiye rèv nou nan ma labou

Ak ki men pou n file yon zegwi

pou egzante malè

koud yon bèl wòb sou desten

Aprè yon loray majiskil

fin tire

wòch sou do tòl» (Paj 13)

 

 

« Se nan wout lafimen

m desinen liy kò w k ap danse

monte nan flanm

san efase» (Paj 21)

 

M anvi pran fòm van

Pou m pran woulib an de gidon

Nan très chive w

M anvi pote w ale

Li yon fèy jounal sou labote

Fè w vwayaje tankou van

yo di van se vwayaj

Ti zwazo pote

Nan batman zèl li (San di petèt) (Paj 22)

 

Lecteurs et amoureux de poésie, offrez-vous un voyage au gout multiple avec James Stanley Jean Simon et son « Nyaj dènye sezon ».

 



Share this post