Le carnaval de Jacmel, entre tradition et modernité

Jacmel Ann ale est le thème retenu cette année par le conseil municipal composé de Marky Kessa, Lourdie César et Benissoit Jean Pierre Comme pour les années précédentes, Jacmel est déjà la fête.


Le carnaval est une institution à Jacmel. Cette activité millénaire  dans le  monde  est à Jacmel, plus qu’ailleurs, une vraie période de réjouissances. Au vu et au su de tout le monde, l’ordre social est transgressé, renversé. Il cède la place aux Bacchanales et autres danses envoutantes où des chants grivois  ont libre cours. Des airs de perversion et de « perdition » entonnés dans toute la ville prennent possession des habitants, jeunes et vieux.

1992 le grand départ 

Tout a commencé en 1992. Le carnaval « nouvelle formule » a été initié par les dirigeants haïtiens qui avaient fini par céder aux demandes d’une équipe de Jacméliens[1] fougueux entièrement dévoués au succès de leur cité.  Ils voulaient à tout prix mettre en valeur l’originalité jacmélienne.  Pendant que le pays était à feu et à sang, Jacmel gardait son calme et se parait de tous ses atours pour s’offrir au monde.

Dès cette date, le carnaval jacmélien a pris un nouveau départ, il est désormais à marquer d’une pierre blanche. Jacmel est devenue la capitale du carnaval haïtien. Certains déclarent même que Jacmel est tout simplement la capitale culturelle. Couleurs, musique, volupté et sécurité se marient à l’hospitalité pour en faire un cocktail enivrant et envoûtant. Toute Jacmel est au carnaval. Du monde entier, les gens viennent découvrir et vivre l’aventure jacmélienne.


Jacmel s'est décernée le titre de ville du Carnaval, pour l'hospitalité de ses riverains et le climat serein qui caractérise l'ambiance du carnaval:
Ce qui lui a valu d'être le temple de l'organisation d'un moment important dans le calendrier Haïtien: Le carnaval National: Un tournant.

Le carnaval jacmélien : entre l’Histoire et le vécu quotidien   

D’habitude le carnaval  jacmélien débutait après la fête des rois. Mais depuis la catastrophe de janvier 2010, pour honorer la mémoire des disparus, tout commence après le 12 janvier. Chaque saison carnavalesque s’inaugure à Jacmel par le défilé du « Madigra vaz » de Petuel Nicolas comme un rite propritiatoire destiné à chasser les esprits malfaisants terrifiés par le bruit de ces ustensiles et à implorer la protection du divin.

Le carnaval jacmélien de jour en jour devient plus riche. Il est le fruit d’un incessant métissage qui associe l’Amérique, l’Europe et l’Afrique  dans un extraordinaire syncrétisme. Des déguisements rappelant la période précolombienne, l’enfer colonial côtoient sans difficultés les « zel Mathurin » importés d’Allemagne et les animaux de la luxuriante jungle ou la brousse africaine. La terre jacmelienne réussit le fameux exploit de « créoliser » dans un vrai « melting pot » les multiples apports venus de divers horizons.

Une fois de plus, Jacmel est heureuse d’accueillir les nombreux visiteurs qui feront le déplacement.

Bon carnaval  à tous !

 


Emerson Vilbrun

 

[1] Michelet Pierre Louis, délégué départemental, Frantz Fenton, vice délégué de Jacmel, Emmanuel Ménard, directeur de Radio Télévision Nationale d'Haiti, Jean Gracia ,ministre de l'intérieur,Jean Carmelo Pierre Louis, ministre des travaux publics, Gladys Figaro, Michaelle Craan, Pascarin Raymond.

 



Share this post