Editions Pulùcia / Remise du prix Dominique Batraville de la poésie créole Deux soirées en poésie à Jacmel

Jacmel, une tanière de la culture haïtienne. Le vendredi 13 et le samedi 14 janvier, toute une pléiade d’activités étaient organisées dans la ville de Jacmel pour saluer les lauréats du grand prix Dominique Batraville de la poésie créole. Sous les auspices des éditions Pulùcia, la fête a débuté le vendredi au Belvédère Club. Le prix Dominique Batraville de la poésie créole a été remis le samedi 14 janvier 2017 au poète Coutechève Lavoie Aupont pour son recueil de poèmes intitulé « Make pa ». Une médaille, un chèque d'un mille dollars américains et des ouvrages ont été remis au gagnant. André Fouad a retenu l’attention du jury qui lui a décerné le 2e prix pour son recueil « Souf douvanjou ». Tous deux ont été recompensés à la salle de conférence de la mairie de Jacmel. Cette soirée a vu son artiste principal, Christolin, exposer tout son talent de slammeur pour rendre hommage à la langue créole, parler des rêves et du pays, Haïti, qui occupe une place importante au cœur des numéros de charme de l’artiste Christolin. Il faut quand même souligner le passage intéressant de la jeune chanteuse jacmélienne, Stéphanie Guillaume, de la poésie énergique de Fouki Foura, et de la belle prestation du chanteur Tchele. Cette soirée agréable a ouvert la voie aux autres activités prévues dans le cadre de la remise du prix. De très tôt le samedi 14, la ville de Jacmel s’est réveillée toute en culture, une exposition organisée à l’Alliance française de Jacmel a permis aux visiteurs, aux jeunes et aux adultes, de découvrir les multiples ouvrages publiés ou réédités en créole. Dans l’après-midi, place à la conférence. Avec comme panéliste Pauris Jean-Baptiste, Gérard Marie Tardieu et Ancion Pierre-Paul des éditions Pulùcia, un beau public pour débattre de la nécessité de faire la promotion du créole, d’une possible créolophonie, de la modernisation des moteurs de recherche Web, comme le site Google qui propose les traductions en créole de mieux en mieux. Cette conférence a eu le mérite de faire comprendre au public la tâche de l’Akademi Kreyòl Ayisyen qui est d’accompagner toutes les instances, tous ceux qui veulent produire, parler et créer en créole. Toute la solennité du samedi 14 janvier est consacrée à la cérémonie de remise de prix. Par une fraîche soirée sous le ciel de Jacmel, les sièges de la salle de conférence de la mairie sont occupés par un beau public venu faire la fête en l’honneur des lauréats. Elle s’est déroulée en présence du maire de la ville, Marky Kessa, du président d’honneur des éditions Pulùcia, de deux académiciens faisant aussi office de membres du jury, de l’ex-ministre de la Culture, Joan Dihtny Raton et du journaliste-écrivain Dominique Batraville.

Trophée en main, le premier lauréat n’a pas caché sa joie : « Je suis vraiment honoré de recevoir ce prix qui porte le nom d’un auteur vivant, un écrivain qui a fait de très belles réalisations dans la littérature haïtienne, qui a sorti sa première production en créole. Et maintenant, ce prix m’est attribué pour ma première publication en créole. Je pense que ces coïncidences n’arrivent pas à tout le monde. Je suis très heureux. »

 André Fouad, poète confirmé qui a sorti en 2010 son livre « Souf douvanjou » chez les éditions Educavision, avant d’être réédité chez Ruptures, est très content d’avoir obtenu la seconde place. Il affirme : « C’est la poésie qui a gagné, la poésie créole de bonne facture. » Il a salué le lauréat qu’il appelle frère, de bon ami. Au cours de cette cérémonie, la poésie a occupé une place méritoire. Des diseurs ont séduit l’assistance de la poésie créole. La cerise sur le gâteau, une exécution dansante de la compagnie « Haïti Dance Co » a fasciné l’assistance. Ce fut le «standing ovation». Mélange agréable de la culture haïtienne avec cette africanité dont nous avons hérité. Un très beau voyage chez nos ancêtres africains par la danse et la musique. Initié par Ancion Pierre-Paul des éditions Pulùcia, le prix Dominique Batraville consacre des poètes pour leur travail dans la langue créole. « Les éditions Pulùcia continuent le travail de la promotion de la culture dans la ville de René Depestre en incitant à la production littéraire », déclare Ancion, qui annonce la tenue prochaine de nouvelles activités qui devront marquer l’année 2017 dans la ville d’Alcibiade Pomayrac.

Auteur : Meem Shoomeatove Vincent

Source : Le Nouvelliste



Share this post