Accueil -> Actualités ->Art et Culture
Recherche personnalisée

Travailler pour redorer l’image du pays à l’étranger

Le 23/11/2007 à 11h25. | Par Jean Goldoni

"Remettre Haïti sur la carte mondiale du tourisme par la restauration de son image à l’extérieur", c’est en substance le grand défi à relever par le ministère du tourisme dans le cadre d’un plan directeur élaboré en partenariat avec des secteurs transversaux, apprend l’agence en ligne AlterPresse.

Invité, le jeudi 22 novembre 2007, à la conférence hebdomadaire de la Mission des Nations Unies de stabilisation en Haïti (Minustah), le ministre du tourisme, Patrick Delatour, soutient que les grands objectifs de son ministère consistent à redorer l’image du pays par la valorisation du tourisme.

Développer un tourisme de gamme sur des critères de développement durable, faire du parc national historique où se trouve la Citadelle, le palais Sans-Souci et Ramier (Nord), une destination touristique en un an, de Jacmel (Sud-Est) et de la côte des Arcadins (Artibonite, Nord) une destination touristique en trois ans, sont, entre autres, les cibles que s’est fixées Patrick Delatour.

Architecte de profession, Delatour estime que le développement du tourisme en Haïti doit inéluctablement passer par la stabilité politique. C’est pourquoi, dit-il, le tourisme a été déclaré, en 2006, priorité du gouvernement de Jacques Édouard Alexis.

Le ministre du tourisme juge nécessaire d’avoir, en Haïti, un cadre sécuritaire permettant de définir les conditions en vue de la satisfaction éventuelle des visiteuses et visiteurs, en général, et de la population haïtienne en particulier.

Patrick Delatour déplore le fait que Haïti continue de subir la loi des détracteurs internationaux qui ont sali son image en la considérant, notamment comme l’un des pays propagateurs de la pandémie du Sida.

En termes de statistiques, Patrick Delatour n’est pas en mesure de fournir des détails sur le nombre de touristes visitant annuellement Haïti.

« Je ne suis pas en mesure de donner les réponses, parce que, moi, je suis un architecte, je ne suis pas un économiste, c’est mon frère qui avait tous ces chiffres en tête », rétorque le ministre Patrick Delatour, interrogé sur le nombre de touristes accueillis annuellement en Haïti.

Delatour dit seulement disposer de chiffres concernant Labadie, une des plus belles destinations touristiques d’Haïti, qui reçoit 600,000 visiteuses et visiteurs internationaux.

Selon Delatour, le plan directeur du ministère du tourisme identifie des zones prioritaires comme le grand Nord, l’Ouest, le Sud-Est et le grand Sud. Un plan directeur définitif sera présenté à la nation entre décembre 2007 et janvier 2008, ajoute le ministre du tourisme.

Le titulaire haïtien du tourisme fait aussi part de plusieurs projets en cours, tels la construction de l’aéroport de Jacmel, l’aménagement de certains pôles touristiques ainsi que la mise en place d’un institut de formation du tourisme.

Des projets de développement touristique seront également exécutés à Port-au-Prince, notamment au Champ de Mars et à l’aéroport international Toussaint Louverture, indique le ministre du tourisme qui croit impossible de penser le développement touristique en Haïti sans une prise en compte de la capitale, Port-au-Prince.

En matière de développement, Patrick Delatour affirme que la diaspora représente pour une opportunité d’investissement pour Haïti.

« La diaspora représente pour nous une opportunité d’investissement. C’est la diaspora qui soutient l’économie nationale (…) Nous avons beaucoup plus de médecins haïtiens aux Etats-Unis qu’en Haïti », déclare Patrick Delatour.

La construction de centres hôteliers à Jacmel est à l’étude avec une organisation composée d’une trentaine de médecins haïtiens intéressés à investir et à participer dans la couverture sanitaire de la population, fait savoir le ministre Delatour.

Source:AlterPresse

Tags:Actualité Haiti Culture haitienne